Mali : Situation humanitaire préoccupante à Farabougou, Saleh Annadif demande des « explications » au colonel Assimi Goïta

MINUSMA, Casques bleus, Annadif Khatir Mahamat Saleh, Mali,

Environ un mois après que ce village soit assiégé par une horde de terroristes, il était important pour les citoyens mais surtout pour les partenaires du Mali dans la lutte contre le terrorisme, de comprendre le « mythe de Farabougou ». Pourquoi une telle inaction des Forces armées maliennes présentes sur les lieux ? Que fait l’autorité pour soulager le calvaire des habitants de ce village ? Ces questions seraient, entre autres, les raisons de la rencontre entre le chef de la MINUSMA, M. Annadif et le vice-président, Col. Assimi Goïta.

“Le Représentant spécial du secrétaire général de l’ONU au Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, s’est entretenu ce matin avec le Vice-président, Colonel Assimi Goïta au sujet de la situation humanitaire à Farabougou, la protection des civils et la réconciliation intercommunautaire’’, a tweeté la MINUSMA sur sa page.

Cependant, si aucune autre information sur la rencontre entre les deux personnalités n’a pu filtrer malgré nos tentatives auprès des services de communication de la MINUSMA, il convient de souligner que la situation sécuritaire de ce village du centre du pays reste très préoccupante dans la mesure où les cris de détresse des habitants continuent de résonner chaque jour.

Et pour cette raison, le Patron de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, en tant que partenaire privilégié dans la lutte contre le terrorisme et surtout la stabilisation du pays, il était utile de “convoquer’’, le Vice-président, Colonel Assimi Goïta, chargé des questions de la défense et de la sécurité pour obtenir selon les indiscrétions, “des explications’’ sur cet embargo terroriste persistant sur le village de Farabougou malgré la présence des forces spéciales maliennes.

Il est d’autant plus important pour les partenaires du Mali, telle la MINUSMA de chercher à comprendre les raisons pour lesquelles ce village a été assiégé mais surtout la passivité des FAMA sur les lieux depuis pratiquement deux semaines sans interventions jusqu’à ce week-end où elles ont été prises pour cible par les terroristes en question.

Pour rappel, le vice-Président s’était rendu dans ce village de Farabougou assiégé par les terroristes le 23 octobre dernier pour s’enquérir de la situation sur le terrain. Selon le site des FAMA, le vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta lors de cette visite avait laissé entendre qu’il a trouvé à Farabougou une population très enthousiaste : « Les populations de la localité font confiance en leur armée contrairement à certaines allégations faites çà et là ». Et il ajoute que le problème de Farabougou est un conflit intercommunautaire, que toutes les personnes de bonne volonté doivent s’impliquer pour trouver une solution durable à cette crise. Selon ces propos rapportés par les services de la communication des FAMA, «l’armée malienne s’occupera de la menace terroriste. Des opérations militaires sont toujours en cours pour la stabilité de la localité de Farabougou ».

« Les FAMa doivent agir avec professionnalisme pour que les populations ne soient pas prises comme cible et chercher en même temps les « mauvaises graines » afin de les neutraliser », avait-il rassuré avant de s’envoler pour la ville de Ségou où il a passé quelques jours.

Seulement depuis ce 23 octobre jusqu’à ce jour, la situation sécuritaire n’a pas du tout évolué. Au contraire, elle s’est dégradée au point d’enregistrer une double attaque terroriste le week-end dernier contre les FAMA cantonnées dans ce village.

En réalité, cette attaque est une alerte pour les militaires. Car la guerre ne se négocie pas mais se gagne au front. Et sur un front, l’ennemi ne se convertit pas du jour au lendemain s’il ne se voit pas en position de faiblesse.

Cette attaque du week-end, soulignons-le, a« mortellement blessé » un militaire et certaines sources locales parlent de mort d’hommes sans pour autant préciser de quel côté.

Une série de rencontres avec les partenaires étrangers

Toujours dans la journée d’hier Lundi 02 Novembre, le vice président Assimi Goita a aussi reçu le représentant de la MISAHEL, Pierre Buyoya. Selon ce dernier, les échanges ont aussi porté sur « Les défis sécuritaires et le soutien de l’union Africaine aux autorités de la transition ».

Pour rappel, la MINUSMA avait apporté un soutien logistique aux forces armées maliennes le 24 octobre dernier

Nouvel horizon

Lire aussi

Mali : les médiateurs indignés par les nominations au ministère de la Réconciliation...

Après la nomination de nombreux militaires à la tête des régions, les nominations de Marcelin Guenguere, chef de cab...

Mali : plusieurs terroristes neutralisés dans une opération conjointe dans le secteur de Boulikess...

Au cours de la semaine écoulée, à partir d’une manœuvre de renseignement, le Sous-groupement de commandos parachut...

Mali : 6 morts et des portés disparus, le jihadisme s’étend à Dogofry...

Hier 26 novembre, c’est le village de Dogofry K6 qui a subi un assaut mené par plusieurs individus armés. Six person...

Mali : rareté des opportunités politiques, les politiciens contraints d’aller cultiver la terre...

Difficile période de transition pour la classe politique. Des leaders politiques sans emplois sont contraints d’aller...