Mali : Soupçonnés d’être “une menace pour la sécurité du pays” Plus de 200 jeunes Maliens travaillant pour QNET interpellés en Guinée

Les autorités guinéennes ont procédé depuis la semaine dernière à l’interpellation d’un millier de jeunes, dont des centaines de ressortissants de pays voisins, les présentant soit comme une menace pour la sécurité du pays, en pleine crise politique, soit comme des migrants à la recherche d’argent facile. « Nous avons, à ce jour interpellé, près de 1.000 jeunes Guinéens et étrangers des pays limitrophes, qui ont fait de la Guinée leur terreau fertile à cause de cette affaire de gains faciles », a déclaré le lundi dernier à l’AFP un responsable des services.

Après une vague de 141 arrestations la semaine dernière dans la banlieue de Conakry, quelque 500 personnes ont été interpellées en Haute-Guinée, frontalière du Mali et de la Côte d’Ivoire et en Basse-Guinée, toujours selon la source sécuritaire guinéenne. « Nous avons même interpellé deux Pakistanais à Kankan (Haute Guinée) ».

Pour le cas des ressortissants maliens, les membres du bureau exécutif du Haut Conseils des Maliens en Guinée a animé un point de presse, le mardi 29 octobre, afin d’apporter des éclaircissements sur ce sujet qui a fait l’objet de beaucoup d’interprétation. Après avoir mené des investigations auprès des interpellés, leurs parents et les membres de la société QNET qui serait l’hôte de ces étrangers sur le territoire guinéen, le Haut Conseil des Maliens en Guinée a décidé de donner les détails de cette affaire. L’organisation a réfuté les accusations, estimant que ses compatriotes étaient « plutôt des victimes que des suspects ».

De son côté, le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), Chérif Mohamed Haïdara, en séjour en Guinée, s’est prononcé sur le sort de ses  208  compatriotes arrêtés dans ce pays à cause de leur implication dans les activités de la société QNET. Le CSDM rejette toutes activités de « rébellion ». Répondant aux questions sur la chaîne guinéenne  »Espace TV’‘,  le Président du CSDM, Chérif Mohamed  Haïdara, a soutenu que son organisation a compté 149  personnes arrêtées à Siguiri, 36 à Kankan et 23 à Conakry.   Selon lui,   ces personnes sont victimes d’une grosse arnaque de l’entreprise de vente en ligne QNET, qui ne  serait   pas à sa première tentative de mettre les personnes établies à l’étranger dans une situation difficile.

Cette situation a fait réagir  le ministère des Maliens de l’extérieur, qui annonce l’envoi d’une mission en Guinée pour étudier ce dossier.

La multinationale chinoise QNET

Cette vague d’arrestations semble être liée aux pratiques de la multinationale QNET, spécialisée dans la vente directe d’objets divers, qui aurait fait miroiter la possibilité de faire fortune en Guinée à de très nombreux jeunes des pays voisins (Sénégal, Guinée Bissau, Mali…), dont des dizaines de ressortissants ont été placés en détention en Guinée.

QNET, société basée à Hong-Kong, est en conflit depuis des mois avec les autorités guinéennes, qu’elle accuse de mener une campagne de « dénigrement«. « En Guinée comme dans d’autres pays africains, le modèle d’affaire de QNET est méconnu, ce qui ouvre la brèche à des incompréhensions et à l’assimilation à des modèles illégaux tels que les plans pyramidaux », s’est défendu dimanche un responsable local de la société.

L’Indépendant

Lire aussi

Mali-France : président Bah N’Daw reçoit Joël Meyer ambassadeur français...

Le Chef de l’État, président de la transition Bah N’Daw a reçu ce 29 septembre 2020, Joël Meyer, Ambassa...

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...