Mali : un litige foncier oppose le maire de Tombouctou au chef de secteur de Bokayatt

Tombouctou, crise humanitaire,

Début d’un travail technique avant le lotissement de la zone de Bokayatt, un quartier périphérique de Tombouctou. Cette situation inquiète les populations qui y vivent depuis plus de 50 ans mais craignent d’être chassées.

Dimanche 3 mars dernier, tôt le matin, des hommes se présentent au domicile du chef de secteur Bokayatt, quartier situé à l’entrée Ouest de la ville de Tombouctou. Ils disent être en mission du maire de la commune urbaine de Tombouctou. Les missionnaires, selon le chef de secteur Bokayatt, ont morcelé son domicile, endroit qu’il a hérité de son défunt père, un des premiers habitants de la localité, qui s’est installé avant l’indépendance sur ces lieux. L’arrivée des géomètres dans ce quartier n’a pas été appréciée par un fils du chef de village avec qui les émissaires se sont fait la peau. « Mon fils était contre l’arrivée des géomètres, c’est la raison pour laquelle il s’est disputé avec eux », raconte Mohamed Matalla, le chef de Bokayatt.

Démenti du maire

Mohamed Matalla , 55 ans, a hérité son espace de 20 mètres carrés de ses arrières parents mais ne dispose d’aucune pièce justifiant son appartenance de l’espace.  Les habitants de cette localité justifient le manque de documents administratifs par un manque de moyens financiers.

Depuis l’arrivée des géomètres, les habitants de Bokayatt craignent un déguerpissement à n’importe quel moment. « Aucune sollicitation préalable n’a été adressée aux autochtones pour leur demander de payer les endroits qu’ils occupent », se plaint, Mohmed Matalla.  Les résidents dénoncent la procédure des autorités municipales qui selon eux, veulent les chasser des terres sur les quelles elles sont nées et grandis.

Les autorités coutumières de ce quartier de Tombouctou ont rencontré le maire de la ville pour discuter de la situation. Aux dires du chef de secteur,  « le maire m’a dit qu’il ne va pas laisser faire, au contraire il va plutôt défendre les populations », raconte-t-il.

Contacté par Nord sud journal, le maire de la commune urbaine de Tombouctou, Aboubacrine Cissé rassure. Il nie d’abord le morcellement des lieux mais reconnait qu’il a bien déployé des géomètres dans ce quartier. Pour lui, c’est un faux problème. « C’est un travail technique que nous sommes en train de faire », nous confie le maire de la ville.

Selon Aboubacrine Cissé, c’est une situation qui va se gérer. « Les gens qui se plaignent sont des personnes qui n’ont pas des parcelles, ils ont construit illégalement. Mais on va les prioriser. Ils vont avoir leurs parcelles qu’ils vont payer », conclut le maire.

Lire aussi

MALI : Des experts de l’ONU demandent l’abandon des poursuites engagées contre un journaliste e...

Des experts de l’ONU ont déclaré aujourd’hui qu’ils étaient alarmés par le maintien en détention d’un journ...

MALI : 22 administrateurs civils sur 131 physiquement présents à leur poste au nord du pays...

Dans le dernier rapport des Nations Unies, parlant du rétablissement de la présence et de l’autorité́ de l’État...

MALI : Les FAMa neutralisent à nouveau des assaillants à Ansongo...

L’Armée malienne a de nouveau mis en déroute des éléments d’un groupe armé terroriste, précisent des sources m...

LUTTE ANTITERRORISTE: La Force G5-Sahel dénonce les «allégations d’exactions» imputées à...

Dans un communiqué publié ce jeudi 8 avril 2021, la Force conjointe du G5 Sahel dément des « rumeurs sur les réseau...