Mali : vers le retour du prix de la baguette de pain à 300 F

Pain, prix Mali

Les responsables de la Fédération Syndicale des Boulangers et Pâtissiers du Mali (FSBPM) étaient face à la presse, le samedi 12 janvier 2019, à la CCIM. L’occasion pour eux  de  non seulement annoncer la restauration « du prix consensuel national du pain », c’est-à-dire la baguette à 300 F mais aussi leur volonté de réorganiser le secteur pain  pour mieux répondre aux exigences de la clientèle.

Dès  l’entame de ses propos, le secrétaire général de la fédération syndicale des Boulangers et Pâtissiers du Mali (FSBPM), Ahmed Dembélé,a expliqué aux hommes de médias les objectifs de la fédération qu’il  dirige et les missions accomplies. Pour lui, la FSBPM est créée pour réorganiser  le secteur afin demieux répondre aux exigences de la clientèle. Sans détour, M. Dembélé dénonce la mauvaise organisation dans le secteur pain. Selon lui, le secteur est laissé à lui-même. « Beaucoup de ces  boulangeries et pâtisseries travaillent de façon informelle, sans agrément parfois sous le regard impuissant de l’État », crache-t-il la vérité. Pis, il affirme que certains de  ces Boulangers et Pâtissiers évoluant dans l’informel, remettent en cause la qualité, les conditions de livraisons du pain et autres aliments à base de farine. Pour lui, ce combat pour l’assainissement du secteur  paina commencé après qu’ils ont fait le tour du pays, répertorié 600 boulangeries, dont 400, à Bamako, sensibilisé les promoteurs.

En plus de la  réorganisation du secteur, la FSBPM travaillera aussi, selon M. Dembélé,  pour la production du pain de bonne qualité en respectant les normes de l’art en matière de santé, la recherche  de profit pour les promoteurs qui souffrent à cause du désordre, mettre un accent sur les ressources humaines par la formation des employés dans des centres spécialisés de formations…

La fédération opte pour la restauration du prix « consensuel national du pain »

Le secrétaire de la fédération syndicale  des Boulangers et Pâtissiers du Mali a annoncé leur  volonté de restaurer ce qu’il appelle le prix consensuel du pain selon lequel une baguette de 300 grammes coûte 300 fcfa et celle de 150 grammes coûte 150 f au lieu de 250 f cfala baguette et 125fcfa la demi-miche. Pour lui, la  restauration de ce prix n’est pas synonyme d’augmentation, mais ça   permettra aux boulangers et pâtissiers de  respecter la norme du pain sans que cela ne  joue sur eux. « Nous voulons satisfaire nos clients.Avec la baguette de 300 fcfa, tout en respectant les normes, ils seront plus satisfaits qu’avec l’état actuel du pain dont les normes ne sont pas respectées », explique Ahmed Dembélé.

Il a, par ailleurs, rappelé que l’État a  signé avec les boulangers et pâtissiers , en 2016, un protocole d’accord de prix de pain pour Bamako et Kati qui fixe à 250 F la baguette de 300 grammes et 125 F celle de 150 grammes pour les consommateurs avec la promesse de redynamiser le cadre de la filière pain pour actualiser le prix. Ce qui est déplorable selon lui, rien n’a, jusqu’à présent, été fait dans ce sens.

Avant de conclure, le secrétaire général de la FSBPM a précisé que l’assemblée générale de ladite fédération déterminera du début de la vente de la baguette de pain à 300F.

Le Pays

Lire aussi

Mali : le pays compte plus de 346 fabricants d’armes à feu...

Au Mali, les armes de fabrication locale sont très répandues. Il existe dans notre pays, plus de 346 artisans fabric...

Mali : le président du Haut conseil Islamique, Ousmane Madani va demander des explications à la M...

En conférence de presse, le dimanche 16 juin 2019, le président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), Cherif Ousma...
Opération, Barkhane, FAMAS, Gao, Gossi,Mali,

Mali : Ménaka, 20 terroristes neutralisés par des FAMAs et Barkhane....

Nos Famas et les forces Barkhane auraient neutralisé plus de 20 terroristes dans la région de Ménaka. C’était au c...

Mali : Mamadou S. Coulibaly: «Notre économie va pâtir de la situation sécuritaire mais sera ga...

Au centre du pays, le secteur privé ne pourra se projeter tant que l’Etat n’aura pas rétabli la sécurité et red...