Mauritanie: l’interdiction de la langue française au Parlement fait polémique

La langue française est désormais bannie dans l’hémicycle du Parlement en Mauritanie. Un règlement intérieur, adopté en juillet dernier, interdisant aux députés de s’exprimer en français durant les débats parlementaires, a été mis en application durant les dernières séances de la première session ordinaire de 2019-2020 qui a pris fin vendredi soir.

Les députés ne peuvent désormais s’exprimer qu’en arabe, la langue officielle, ou dans les langues nationales. Une décision qui ne fait pas l’unanimité. Elle est mal perçue, notamment chez les députés négro-africains qui ne parlent pas l’arabe, même si le président de l’Assemblée nationale a soutenu avoir mis en place un système de traduction simultanée.

Le français, la langue de travail selon la Constitution mauritanienne, n’a jamais été interdit dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. C’est une première qu’instaure son président actuel. Cheikh Ould Baya s’est voulu précis en s’adressant aux députés : « Si vous parlez aux Mauritaniens, vous avez quatre langues d’expression qui sont prévues dans l’Assemblée. Un discours en français n’a plus de sens dans l’Assemblée ici. »

Les 4 langues citées sont : le pulaar, le soninké le wolof et l’arabe.

Ladji Traoré, un parlementaire de l’Alliance populaire progressiste, désapprouve l’absence du français. « La langue de travail, que ce soit dans le domaine privé ou public en Mauritanie, reste le français, dit-il. C’est la langue de communication avec les pays périphériques, avec le monde extérieur. Par conséquent, on ne peut pas dire aux députés : « Exprimez-vous dans votre wolof, pulaar ou soninké ». En réalité, c’est pour faire en sorte que nous ne soyons compris que par nos communautés. C’est du communautarisme, pas de la politique. »

Entre 1992 et 2005, le Sénat était présidé par un Négro-Mauritanien, Dieng Boubou Farba. Ne parlant pas arabe, il faisait ses discours en français et cela n’a jamais posé problème, rappelle un ancien sénateur.

Le français reste encore une langue de communication. L’Assemblée nationale ne peut pas décider comme ça de l’empêcher. Si un député veut s’exprimer en langue française, il doit pouvoir le faire. Parce qu’il n’est pas dit qu’il puisse parler de certaines questions techniques dans sa propre langue.

Rfi

Lire aussi

Mali : la CMA maintient la pression sur la junte autour de l’accord d’Alger...

Une réunion entre la junte et la CMA, qui cherche à obtenir des garanties sur la mise en œuvre de l’accord de paix ...

Mali : Ni civil ni militaire à la présidence de la transition, CNSP et Cédéao partagent la poire...

À la faveur de son dernier mini-sommet sur la crise malienne à Peduase au Ghana, la Communauté économique des États...

Législatives au Burkina: la commission électorale clôt le dépôt de candidatures...

C’est ce mardi 22 septembre à minuit que s’est clôturé le dépôt des dossiers de candidature à la commission na...

Présidentielle en Côte d’Ivoire: Pascal Affi N’Guessan rejoint l’appel de l’op...

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), l’un des quatre candidats à l’élection présidentielle d’oc...