Mobilisation des recettes de l’Etat : la Douane en voie de dépasser les objectifs assignés de 2020

Encore, les recettes mobilisées par la Douane au mois de novembre dépassent largement l’objectif mensuel fixé par le Ministère de l’Economie et des Finances, 52 milliards et 54 milliards en octobre.

Ainsi, cette évolution en hausse donne raison aux plus hautes autorités, par rapport au  choix  porté sur  l’Inspecteur Général Mahamet Doucara, en qualité du Directeur Général des Douanes du Mali.Celui-ci, par ces résultats promettant,  donne une nouvelle dynamique à l’économie nationale, à travers laquelle nous pouvons nourrir beaucoup d’espoir.

Il n’est pas facile de mériter  une confiance placée en vous, en si peu de temps. Mais, l’actuel Directeur Général des Douanes l’est,  au  vue des prouesses qu’il est en train de réaliser, mois après mois à la tête de la Douane. Mahamet Doucara ,  par  ces succès déjà affichés, est en train de mériter la confiance, des plus hautes autorités,  les partenaires techniques et financiers et même ceux qui avaient des doutes en lui.

Ainsi, de 52 milliards de CFA en novembre, à 54 milliards en octobre malgré la situation sécuritaire et la pandémie à corona virus qui ont impacté l’économie mondiale sans oublier les différentes crises du front social avec son cortège de grève et d’arrêt de travail dû aux manifestations privant le Mali de plus de la moitié du territoire sans oublier le coup d’Etat et son corolaire des sanctions internationales, M. Doucara a fait passer les recettes de la Douane à plus de 50 milliards de F CFA au mois de novembre.  Contrairement, à l’objectif mensuel assigné.

Ces réalisations record sont les fruits de la mise en œuvre courageuse de réformes de fond notamment dans la gestion du personnel et la maîtrise de la matière taxable.

Depuis son arrivée à l’escarcelle de la direction générale des Douanes , il s’est donné comme combat de mettre fin à certaines pratiques qui s’écartent de l’orthodoxie. Il s’agit entre autre  des déclarations anticipées et la dépréciation de certaines marchandises fortement taxées.

L’espoir renaît

La poursuite de l’informatisation des procédures douanières notamment les exonérations douanières, la maîtrise et la réappropriation des valeurs en douane ainsi que la promotion du travail bien fait et la sanction de la faute.

La maîtrise des mouvements des produits pétroliers, principal pourvoyeur de recettes et une lutte contre la fraude accrue avec la poursuite des bases vie dans les différents secteurs de fraude

Compte tenu de l’évolution exponentielle des résultats de la Douane, c’est l’étonnement que certains observateurs du monde de l’économie de notre pays ne cessent de se faire. Disons-le, en si peu de temps, avec ces résultats engrangés par l’inspecteur Général des douanes, Mahamet Doucara et son équipe,  c’est l’espoir qui renait pour  tout un peuple, surtout  que la Douane demeure le poumon des structures pourvoyeuses des recettes de l’Etat.

En effet,  parvenir à ces résultats,  relève d’un miracle dont Doucara, seul en a le secret, comme le  pensent certains. Pour d’autres, c’est un homme providentiel, qui refuse de confondre le travail à autres choses.  C’est pourquoi, après la passation de service, avec le DG sortant, il a aussitôt opéré à des changements au niveau de toutes les directions et tous les départements des services des douanes.  Ainsi, se faisant  entouré d’hommes et de femmes rompus à la tâche et déterminé pour la même cause, M.  Doucara et son équipe ne font que récolter aujourd’hui, les fruits de ces changements effectués.

A titre de rappel, avec moins de 50 milliards recouvrés  en  janvier 2020, les recettes ont évoluées aux mois de février, mars et avril et ce jusqu’en novembre 2020 sous sa conduite, avec respectivement, 52 milliards de F  CFA,  54 milliards de F CFA.  Ce succès des 52 milliards de nos francs, a été enregistré bien avant la clôture du mois de novembre indiqué. Fort de ces résultats, l’inspecteur général Mahamet Doucara et son équipe ont  bénéficié d’éloges venant de partout.

Le leadership de M. Doucara a fini par créer un cadre de travail harmonieux nécessaire à la performance des gabelous.

M. Mahamet Doucara est dans l’optique de préparer l’année 2021 avec bien sur une cohorte de série de visites aux structures relevant de la DGD pour galvaniser les soldats de l’économie afin de faire face aux futurs  à venir pour l’année 2021.

 Soldats de l’économie: Sous leurs beaux jours

La Direction générale n’est plus le château lointain où s’instruisait un procès larvé contre les agents, qui n’étaient jamais cités à comparaître. Et, les fruits des réformes courageuses relatives notamment à la gestion du personnel, à la maîtrise de la matière taxable tombent dans le panier.

L’arrivée de l’inspecteur général Mahamet Doucara à la tête de la Douane rendit manifeste la dévaluation brusque d’un certain type de gouvernance résultant d’un changement tout à la génération et du processus de décision dans un contexte national et international défavorable.

Changement de génération, c’est-à-dire passage à une gouvernance plus précise, plus technicienne, à des agents plus tournés vers la performance. Ces hommes à des titres divers ont donné la pleine mesure de leurs talents, par vent de sable glacial, sous le soleil brûlant la peau ou les pluies diluviennes, à l’heure où les grandes secousses  marquées par l’insécurité et la pandémie du coronavirus cumulées aux sanctions sous-régionales finalement levées contre notre pays  remettaient en cause les capacités d’atteinte des critères de recouvrement des recettes. Sans prendre le risque de noyer nos lecteurs sous le flot de chiffres, contentons –nous de ceux plus parlants de ces deux derniers mois : en novembre, 52 milliards de F CFA tombés dans son escarcelle contre un résultat meilleur de 54 milliards en octobre.

Changement de méthode de travail ensuite. Bien sûr elle a nettement évolué et avec elle les agents, n’en déplaise à des critiques souvent désuets que les cibles qu’ils choisissent. Rompant avec certaines pratiques, on ne tarde pas à s’apercevoir que la Direction générale n’est plus le château lointain où s’instruisait un procès larvé contre les agents, qui n’étaient jamais cités à comparaître. La recherche de vérité pourrait y gagner sur les velléités de trancher délibérément des têtes afin d’assouvir un dessein malsain. Il faut reconnaître que la publicité fut moins grande qu’on pouvait espérer, principalement en raison de la forte propension au secret dont le Directeur général fit preuve dans les affaires traitées directement par lui et ses services qui ne sont pas restées en retrait. Ainsi, un brin de soupçon de préférence accordé à un tel ou un coup de cravache administré injustement à tel autre pouvait annuler, en tout, les avantages qu’on pouvait engranger des immenses efforts de transparence. Le leitmotiv étant la promotion du travail bien fait et la sanction de la faute.

Déperdition fiscale malmenée

Une bonne nuit se dessine dès l’après-midi. S’il plante le décor, s’il schématise, du moins touche-t-il juste. De plus les lignes de force sont clairement tracées. On ne s’égare pas avec lui dans les chemins de traverse. Les fruits mûrs des réformes courageuses relatives à la gestion du personnel et la maîtrise de la matière taxable tombent les uns après les autres dans le panier. Brisée la courte échelle des déclarations anticipées et la dépréciation de certaines marchandises fortement taxées qu’ont emprunté bien d’opérateurs économiques et poursuite de l’informatisation des procédures douanières, notamment les exonérations, la maîtrise et la réappropriation des valeurs en douane.

Sonne le crépuscule de la contrebande à grande échelle à travers un effort accru dans le maillage des zones de prédilection. On peut également lui tresser quelques autres couronnes dans la maîtrise des mouvements des produits pétroliers, de loin le principal pourvoyeur de recettes. Ce mode opératoire malmène discrètement la déperdition fiscale.

Les finalités de la démarche sont louables, l’analyse qui la sous-tend remarquable. Les réalisations sont à la mesure de ces finalités et de cette analyse dans ce qu’elles ont de meilleur. Doucara apparaît comme le brillant conducteur de stratégies pleines de réussite et comme l’apôtre à la fois original et compris de la recherche de l’excellence. La réputation dont il s’honore n’a d’autre secret.

 L’Informateur

Lire aussi

ZONE DES TROIS FRONTIERES : Un chef terroriste arrêté et un autre neutralisé...

Dadi Ould Chouaïb dit Abou Dardar, un des cadres de l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), a été arrêté d...

RETOUR DE GBAGBO EN COTE D’IVOIRE : Récit d’un moment de retrouvailles avec ses partisans...

RFI a été témoin des retrouvailles entre Laurent Gbagbo et ses partisans dans un ancien quartier général de campagn...

FRONT SOCIAL : Le premier ministre échange avec L’UNTM...

Pour l’apaisement du climat social, Dr Choguel Kokalla Maïga a rencontré, hier à la Bourse du travail, le bureau ex...

Des cadres de l’EIGS capturés dans le nord du Mali...

Au Mali, des combats ont opposé mardi 15 juin des soldats nigériens et français, qui menaient une opération conjoint...