Mopti : sept suspects interpellés après le massacre de 37 civils à Koulougon

Sept suspects interpelés, selon des sources concordantes  après le massacre de 37 civils hier, 1er janvier à Koulougon dans le cercle de Bankass. Malgré les arrestations, un mouvement peulh tire la sonnette d’alarme.

« Le gouvernement aujourd’hui à travers le procureur a déjà  procédé à des arrestations.  Il y’a sept personnes  qui sont interpellées. S’il s’est avéré que ces personnes sont coupables, elles seront condamnées  conformément à la loi », a rassuré  Amadou Goita, ministre porte-parole du gouvernement. Quelques heures plus tard, c’est le ministre malien de la sécurité intérieure qui donne plus de détails. « Suite au massacre du 1er janvier dans le village de Koulougon,  cercle de Bankass, une mission Fama a été dépêchée sur les lieux. Elle y a interpelé sept suspects », peut-on lire dans un communiqué signé par le ministre de la sécurité intérieure.

L’attaque a été perpétrée par des hommes armes s’identifiant à des chasseurs dozo, mais dans un communiqué de presse, une milice dans le centre du Mali affirme qu’elle n’a pas de lien avec cette attaque. « Dan Ambassagou n’est impliqué  ni de près ni de loin dans cette action visant à déstabiliser le pays », affirme Youssof Toloba, le chef d’état-major de cette milice connue pour être à l’origine de plusieurs attaques contre les peulhs dans le centre, selon des organisations de defense des droits de l’homme.

De son côté, l’association Tabital Pulaaku s’est réunie en urgences le 2 janvier dernier à Bamako.  Pour Abdoul Aziz Diallo, le président du mouvement identitaire peulh « c’est un génocide qui est en cours. Tuer des hommes, des femmes, des enfants innocents n’est autre qu’un génocide», déclare-t-il.  Le mouvement ne cache pas sa colère face au massacre des civils peulhs « il y en a marre », dénonce le leader peulh. Le mouvement envisage très prochainement des manifestations à travers le pays. Le gouvernement malien a décrété ce 3 janvier, jour de deuil national pour rendre hommage aux 37 victimes de cette attaque sauvage.

Cependant la tension ne cesse de prendre l’ascendeur dans le centre, aujourd’hui encore une attaque a eu lieu dans le village de Borosso.  Un assaillant a été tué et 24 autres interpellés par les forces armées maliennes, selon le communiqué du ministère de la sécurité.

Lire aussi

Mali-France : président Bah N’Daw reçoit Joël Meyer ambassadeur français...

Le Chef de l’État, président de la transition Bah N’Daw a reçu ce 29 septembre 2020, Joël Meyer, Ambassa...

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...