Mopti : L’armée malienne suspectée d’exactions dans le centre du pays


Deux organisations de défense des droits de l’homme ont demandé l’ouverture d’une enquête sur des accusations d’exactions commises par les troupes maliennes dans le centre du pays, particulièrement à Sévaré, Mopti, Niono. CRÉDITS : AFP/ERIC FEFERBERG

Le 21 janvier dernier, au matin, six véhicules de l’armée malienne ont fait irruption dans le village de Yirima, à 35 km de Boni, c’était un jour du marché hebdomadaire du village. Les soldats ont arrêté trois personnes, « Hamadoun Issa Diallo, 61 ans, son fils, Amadou Hamadoun et son neveux, Hamadoun Boukary, 32 ans chacun », affirme un villageois qui était présent au moment de ces arrestations et qui a requis l’anonymat pour sa sécurité.  « Les militaires ont arrêté les trois personnes avant de les exécuter à côté du village » nous confie un autre villageois témoin de la scène et qui a requis l’anonymat pour sa sécurité. Peur de représailles de l’armée, les villageois n’ont pas voulu s’approcher le lieu de l’exécution de ces trois personnes, seul le conseiller communal, Boucary Bah, s’était rendu à la fosse commune dans laquelle les militaires ont sommairement enterré  les trois personnes.

Humiliation

Selon un autre témoignage, ce même 21 janvier, des soldats maliens dans le village de Boulekessi auraient procédé à des fouilles systématiques qui frisaient le déshabillage de villageois, notamment les peulhs venus le jour de la foire hebdomadaire. Une humiliation pour ces gens qui ne sont pas habitué aux fouilles sécuritaires.

Au mois de décembre 2016, Kisal, un observatoire de droit de l’homme spécialisé dans la question peulh, a dénoncé l’exécution de cinq personnes par l’armée malienne dans le village peulh de Issey toujours dans la région de Mopti.

Dans la zone de Boulekessi, l’armée malienne fait face à des attaques perpétrées par des djihadistes, majoritairement peulhs liés au groupe djihadiste de Ansar dine de Iyad Ag Ghaly. Plusieurs militaires maliens sont tombés dans des embuscades meurtrières dans la région de Mopti. Au mois de novembre 2016, les djihadistes ont même réussi à prendre le contrôle du village de Boni pendant quelques heures.

Hamidou Diallo

Lire aussi

Mali : création d’un nouveau syndicat dans les secteurs des mines et des industries...

Les travailleurs des secteurs des mines et des industries viennent de mettre sur place ce vendredi, 14 février 2020 un ...
Defilé militaire MNLA, Kidal 2019

Mali: la CMA s’oppose à la tenue des élections législatives sans les régions de Ménaka et Tao...

Dans un communiqué publié suite à une rencontre à Kidal la semaine dernière, la Coordination des mouvements de l&rs...
Greves eleves

Mali: plusieurs dizaines d’écoliers devant l’ORTM pour demander la reprise des classes ...

Plusieurs dizaines d’écoliers se sont rassemblés aujourd’hui 17 février, devant le siège de la télévis...

Mali : l’Union Européenne appelle à la sécurisation des civils dans le centre après la nouvell...

Dans une déclaration dite de « locale sur l’attaque à Ogossagou », la délégation de l’Union europée...