MOTO-TAXI : Un arrêté municipal qui peine à s’appliquer

Depuis un certain temps, les mototaxis ont envahi dans la ville de Bamako. Et ce n’est pas resté sans conséquences. La circulation est devenue, du coup, un casse-tête, à la fois pour les usagers, mais aussi pour les autorités. C’est ainsi que la mairie du district de Bamako a pris, en décembre 2020, un arrêté municipal pour réglementer ce nouveau secteur pourvoyeur de beaucoup d’emplois. Mais le district a de la peine à obliger les détenteurs de mototaxis à se conformer à la réglementation. Nordsudjournal.com est allé à la rencontre du Directeur de la régulation de la circulation des transports urbains de la mairie du district de Bamako, Djibril Sidibé, qui fait, ici, le point sur l’évolution de la réglementation de la circulation des motos taxis dans le district de Bamako.

Selon lui, l’arrêté est en cours d’application. « Vous savez, le phénomène de motos Taxis est une nouvelle pratique encore chez nous. Donc la question  de la sensibilisation et de l’information est capitale. C’est pour cela que nous avons commencé par la sensibilisation des gens,  à les informer sur le contenu de l’arrêté et  sur l’ensemble des dispositions qui sont dedans.  Et à ce niveau,  à la date d’aujourd’hui, nous sentons effectivement que effectivement que nous enregistrons de plus en plus des motos taxis qui viennent pour se mettre en règle par rapport à l’arrêté au niveau de la mairie… », martèle notre interlocuteur. Qui poursuit : « le rythme peut ne pas être très soutenu selon vous, j’en conviens, mais je dois rappeler  que c’est quelque chose de nouveau et qu’il faut y aller progressivement et intégrer dans la démarche la sensibilisation qui est toujours en cours pour encore mieux attirer l’attention des uns et des autres que pour les motos taxis, il y’a une réglementation,  il y’a des préalable, il y’a des dispositions réglementaires auxquelles il faut se plier et qu’ils sont invités à se mettre en règle. Par rapport à tous ça, à la date d’aujourd’hui comme je l’ai dit depuis 3 ou 4 mois, nous continuons à enregistrer tous les jours au niveau de nos guichets, des gens qui viennent pour se mettre en règle par rapport à certains papiers, certaines pièces administratives recommandées dans l’arrêté… ».

Par ailleurs, M. Sidibé affirme qu’il y’aura bien des sanctions. « Bien sûr, on va sanctionner. Nous sommes encore à une phase où on n’est pas dans la répression brute, mais à un moment donné, nous allons évaluer la situation et nous allons intervenir,  agir pour retirer de la ville des services qui ne se mettront pas en règle et en même temps étudier la meilleure stratégie pour ça ».

Le Directeur de la régulation de la circulation des transports urbains de la mairie du district de Bamako en appelle aux conducteurs des motos taxis, à leurs sens du civisme pour qu’ils puissent se mettre en règle. « Il s’agit d’offrir un service de transport aux populations, et cela est extrêmement  important pour l’autorité municipale en tout cas pour les autorités. Parce que il s’agit de transporter des personnes humaines,  cela ne peut pas se faire sans se pilier à certaines dispositions. Et nous avons la chance d’avoir cette première réglementation de base qui est là et il faudrait justement qu’ils viennent pour se mettre en règle par rapport à l’ensemble des dispositions qui prennent en compte beaucoup d’aspects liés à ce service là, que ce soit la sécurité,  l’identification,  la qualité même du service rendu », a conclu Djibril Sidibé.

Bintou Diawara

Lire aussi

PLUIE D’OBUS SUR AGUELHOK, HIER: Le camp de la MINUSMA visé par des terroristes, des habitations ...

Cela fait plus de deux (02) mois que le camp de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stab...

G5 SAHEL : Le sommet de la clarification...

Les chefs d’État de la coalition sahélienne et le président français échangeront ce vendredi sur la nouvelle stra...

PROCESSUS ELECTORAL : A la recherche d’un consensus...

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a rencontré hier, en fin d’après-midi, à la Primature, la classe po...

ASSASSINAT DU PRESIDENT HAÏTIEN: Le point sur l’enquête...

Peu de communications officielles depuis l’annonce de l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse che...