Niger : au moins douze civils tués dans une nouvelle attaque attribuée à Boko Haram

Une nouvelle attaque contre le village de Lamana, commune de Gueskérou, a fait au moins douze morts, tous des villageois. Les assaillants s’identifient à des combattants du groupe de Boko Haram qui ont réussi à traverser la rivière qui sépare le Nigeria du Niger au niveau du lac Tchad.

Le retour des eaux de la rivière Komadougou Yobé n’a pas empêché les éléments de Boko Haram de sévir une fois de plus contre les populations riveraines du lac Tchad dans sa partie nigérienne. En effet, c’est à la nage et de nuit, le vendredi 23 août, qu’ils ont traversé les flots pour attaquer le village de Lamana, dans la commune de Gueskérou.

>>> A lire aussi Niger : 28 militaires tués dans une embuscade de l’EIGS

Leur irruption dans le village a coïncidé avec la prière, aux environs de 20 heures, heure locale. Après avoir trié les bras valides, ils les ont ensuite entraînés de force à la sortie du village où onze furent tués à bout portant et le douzième égorgé. Cette descente meurtrière en dit long sur la capacité de résilience de Boko Haram qu’on croyait affaibli, mais qui garde toujours sa capacité de nuisance.

Les douze victimes de Boko Haram ont été enterrées hier, samedi, par les villageois en présence d’une délégation des autorités régionales. Cette attaque intervient à quelques jours seulement de l’arrivée d’un nouveau gouverneur à Diffa en la personne d’Issa Lamine, un ancien député, ancien chef rebelle toubou du Front pour la défense de la République (FDR), et natif de la région.

>>> A lire aussi Attaques terroristes : le Niger décrète l’état d’urgence près de la frontière avec le Burkina Faso

Ce n’est pas la première fois que la commune de Gueskérou et ses villages environnants font l’objet d’attaques meurtrières. C’est une commune située au bord de la Komadougou Yobé et qui tire toute sa richesse du lac Tchad. Il y a deux semaines, le 10 août, quatre soldats de la Force multinationale mixte (Niger, Nigeria, Tchad et Cameroun) ont été tués près de Bosso des suites de l’explosion de leur véhicule qui a sauté sur des mines.

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...