Nord Mali : 1 mort et plusieurs blessés dans des affrontements inter communautaires à Gao

Une foule dernière un pneu qui brûle lors des affrontements inter communautaires de ce mercredi 5 mars 2017 à Gao. @DR

A Gao, la tension entre les communautés était déjà à son niveau maximum depuis le lynchage de deux jeunes, un arabe et un touareg le lundi dernier. Ce mercredi, début d’après-midi à Gao, un commerçant arabe poignard un transporteur songhay. Il ne fallait pas plus pour que des affrontements éclatent entre des membres de la communauté noire songhay, choquée par cet acte et des jeunes commerçants arabe et touareg armés avec des kalachnikovs. Le bilan est d’un mort et au moins cinq blessés.

Carton de couscous

Qu’est-ce qui s’est réellement passé ?  « Un commerçant arabe de Gao avait demandé à un transporteur songhay d’acheminer une tonne de sucre sur le débarcadère de la ville, explique Attayoube Maiga, un jeune du quartier. Le transporteur a acheminé une partie de la marchandise, mais a eu problème technique qui lui a empêché de transporter la totalité des sacs de sucres. Le transporteur demande au commerçant de lui payer  pour les sacs transportés, mais le commerçant a jugé que le compromis entre eux concerne la totalité de sacs de sucre et non une partie seulement. De ce fait, il ne va pas lui payer. Furieux, le transporteur arrache du magasin du commerçant un carton de couscous pour se faire payer. Une altercation entre les deux personnes à mal tourné et le commerçant arabe poignard à l’épaule le transporteur ».

Aussitôt, une foule composée essentiellement des songhay  munis de bâtons et cailloux se dirige vers les commerces des arabes avant de menacer d’attaquer les commerçants.  « C’étaient des vagabonds du marché qui pensaient qu’ils vont attaquer nos boutiques pour les piller comme ce qu’ils ont l’habitude de faire par le passé», explique un commerçant arabe du marché de Gao.

Lynchage

Pour se proteger de cette foule, les commerçants ont fait appel aux jeunes issus des communautés arabe et touareg de la ville de Gao pour protéger le commerces. Dans le marché du quartier Aljana, les jeunes arabes et touareg ont commencé à tirer pour disperser les gens, mais des balles ont fait des victimes.

D’habitude quand ce cas de malentendu arrive, le problème se règle au niveau de la gendarmerie de la ville, mais ce 5 mars, il y avait déjà une tension entre la population blanche et la population noire de Gao, raison pour laquelle la situation était envenimée rapidement. En effet, le lundi dernier, « deux jeunes, un arabe et un touareg armés d’une kalachnikov ont tenté de voler une voiture, mais leur opération a échoué. Une foule de jeunes, femmes et enfants a lynché les deux jeunes », explique source au tribunal de justice de Gao. Une vidéo de ce lynchage a été postée sur les réseaux sociaux et a choqué plus d’un parmi les communautés touareg et arabe de la ville de Gao. L’incident de ce mercredi n’était donc que la goutte d’eau qui a débordé la vase de la tension inter communautaire dans la ville de Gao.

Nord Sud Journal  

Lire aussi

Burkina : au moins 5 soldats tués dans une embuscade dans le Nord-Ouest...

Au moins cinq soldats burkinabè ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade dans le nord-ouest...

Mali : Après le départ d’une partie des populations de Tombouctou, une crise humanitaire poi...

Suite au déplacement des populations de la ville de Tombouctou de peur d’un affrontement entre groupes armés et ...

Mali: pourquoi le Niger accuse des membres du HCUA de complicité avec les terroristes ?...

Selon des informations recueillies par RFI, des personnalités de Kidal, dans le nord du Mali, seraient impliquées dire...

Mali : ce qui s’est « vraiment » passé à Niono et qui a fait 2 morts et plus de 20 blessés...

La ville de Niono, dans la région de Ségou, a connu une violence sans précédent le 19 septembre 2019. Des jeunes sur...