Nouveau blocage de l’accord de paix : Communiqué de la Plateforme version GATIA

La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d’Alger a pris acte du report de la 38ème session du CSA initialement prévue en dehors de Bamako conformément au point 9 du relevé des conclusions de la 37ème session.

Au moment où la priorité est à la normalisation de la situation à Kidal conformément aux recommandations de la troisième session de haut niveau du CSA tenue à Bamako le 17 juin 2019 présidée par les ministres des affaires étrangères d’Algérie et du Mali, la Plateforme ne perçoit aucune raison de bloquer le processus pour cause de non tenue du CSA à Kidal.

A ce stade du processus la Plateforme ne perçoit ni l’opportunité ni la pertinence de chercher un terrain neutre pour engager des discussions entre des parties maliennes qui vivent en toute convivialité dans leur pays.

La simultanéité des Communiqués de l’ex Président du Comité de Suivi de l’Accord en date du 15 septembre courant, évoquant les raisons d’état soutenues par le Gouvernement du Mali en vue de l’annulation dudit CSA, le communiqué de la CMA du 16 septembre, puis le dernier communiqué de l’ambassadeur Boutache ex président du comité de suivi en date du 17 septembre pour conforter celui de la CMA restent des actes pour le moins improductifs.

La récente redynamisation de la lutte contre le terrorisme prôné par le Mali et les autres pays de la CEDEAO au cours du sommet extraordinaire de Ouagadougou le 14 septembre 2019 ne saurait être mise sous éteignoir par aucune entreprise de diversion.

La plateforme rappelle à toutes les parties qu’elles restent engagées par le pacte pour la paix signée entre le gouvernement du Mali et les Nations Unies et auquel tous les Mouvements ont adhéré lequel pacte exige la fin des opérations de désarmement et de réinsertion avant la fin de décembre 2019.

La Plateforme en appelle au respect des engagements pris par toutes les parties au lendemain de la signature de l’Accord pour que désormais tous les problèmes entre Maliens se règlent au Mali.

La Plateforme appelle toutes les parties à respecter leurs engagements en vue de parvenir à une mise en œuvre diligente de l’Accord pour abréger les souffrances des populations.

Bamako le 17 septembre 2019

Pour la Plateforme

Le Président

Fahad AG Almahmoud

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...