Paris juge « inacceptable » la mise en cause de soldats français par l’ambassadeur du Mali

Une image « fausse, inacceptable et indécente » : le cabinet de la ministre des Armées a qualifié ainsi les déclarations de l’ambassadeur du Mali en France. Ce mercredi, il avait évoqué des « débordements qui posent problème » de la part de soldats français déployés dans le cadre de l’opération Barkhane.

La France a estimé jeudi que la mise en cause du comportement de ses soldats, accusés la veille par l’ambassadeur du Mali en France de « débordements » dans les quartiers animés de Bamako, était « fausse, inacceptable et indécente ».

« Plutôt que de véhiculer et de propager de fausses accusations, nous attendons de l’ambassadeur du Mali qu’il mobilise toute son action pour la mise en œuvre des décisions du sommet de Pau et la réussite de tous », a indiqué le cabinet de la ministre des Armées Florence Parly.

Ce mercredi, Toumani Djimé Diallo, l’ambassadeur du Mali en France, avait critiqué les soldats de la Légion Étrangère déployés dans le cadre de l’opération anti-jihadiste Barkhane.

« Je vais vous parler franchement, dans ces forces, il y a des officiers, l’armée normale mais aussi la Légion étrangère. C’est là le problème », avait-il dit devant la commission Défense du Sénat, qui recevait les ambassadeurs des pays du G5 Sahel. Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad. Par moments, dans les Pigalle de Bamako, vous les retrouvez, tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée (française). Ça fait peur, ça intrigue ».

Mise en cause « indécente »

Une mise en cause « inacceptable et indécente quand la France s’est résolument engagée pour combattre les groupes terroristes qui menacent les populations du Sahel. Chaque jour, les militaires français risquent leur vie pour protéger les autres », poursuit le cabinet de la ministre.

Mercredi soir, l’état-major français avait déjà réagi en assurant que les légionnaires n’étaient pas « stationnés à Bamako » et qu’ils n’avaient pas vocation à y aller. Ils « n’ont ni quartier libre ni temps de repos hors des bases opérationnelles » de Barkhane, situées dans le nord du pays.

Les soldats de la Légion sont régulièrement déployés au Sahel dans le cadre de l’opération anti-jihadiste Barkhane, qui mobilise actuellement 5 100 militaires français au Sahel.

Ouest-France avec l’AFP

Lire aussi

Barkhane au Mali : avec la chute du Président IBK, Laurent Bigot «nous n’avons plus de légitimi...

Alors que la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali redessine les rapports de forces politiques, quel doit être ...

Mali : l’instant de la vérité a sonné « marquage à la culotte » entre la junte et les chefs ...

Les Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) mettent la pression sur l...

Mali: ce que propose le mouvement Maliens Tout Court pour une transition réussie...

I. CONTEXTE Au cours de ces soixante ans d’indépendance, le Mali a connu plusieurs crises mais celle de 2012 a été ...

Mali : au moins 19 nominations au sein des FAMa, le CNSP prend goût au pouvoir...

Alors que toute l’attention se porte sur comment organiser la transition d’après, CNSP, le Conseil national pour le...