Plusieurs villageois dogons tués après le massacre de Peuls au Mali

Ogossagou, dogon, Mali

Après le massacre, samedi 23 mars, de 160 Peuls au Mali, six villageois dogons ont été tués dans deux attaques distinctes ces derniers jours. La Minusma appelle à la fin des violences.

Six habitants de villages dogons du centre du Mali ont été tués lors d’attaques distinctes, a rapporté mardi 26 mars l’AFP. Ces dernières attaques font suite à la tuerie commise dans la même région samedi par des chasseurs présumés dogons, dans laquelle quelque 160 habitants du village peul d’Ogassogou avaient péri.

« Le village dogon de Ouadou a été attaqué par des hommes armés. Des maisons ont été incendiées, le bilan provisoire est de quatre morts. Dans un autre village du cercle de Bankass, deux femmes ont également été tuées », a déclaré à l’AFP Oumar Diallo, conseiller municipal dans ce secteur près de la frontière avec le Burkina Faso. Une source sécuritaire malienne, a confirmé l’attaque du village de Ouadou qui a causé « la mort de quatre personnes, dont une fille ».

 « Massacre de Peuls au Mali : les exactions n’ont ‘pas une origine ethnique « 

La Minusma a précisé que l’attaque de Ouadou s’était produite dans la nuit de lundi à mardi. « Plusieurs maisons ont été brûlées, du bétail a été volé. Un bilan préliminaire fait état de quatre personnes tuées, dont une jeune fille. Les habitants se sont réfugiés dans les villages avoisinants », selon le communiqué. « Aujourd’hui [mardi] également dans le hameau Dogon de Kere Kere, dans le cercle de Bankass, au moins deux femmes auraient été tuées, une autre blessée », a ajouté la Minusma.

« Cette spirale de la violence doit cesser immédiatement »

« Les violences répétées commises dans le centre du Mali sont extrêmement graves », a déclaré le chef de la Minusma, le Tchadien Mahamat Saleh Annadif, cité dans le texte. « Il est primordial que ceux qui ont participé ou contribué à ces exactions fassent l’objet d’une enquête et de poursuites. Cette spirale de la violence doit cesser immédiatement », a-t-il affirmé. « Des équipes des droits de l’Homme enquêtent actuellement et soutiennent les autorités locales compétentes pour que ces crimes ne restent pas impunis », a souligné la Minusma.

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres « groupes d’autodéfense ».

AFP

Lire aussi

Ibrahima Diawara remise trophée Segou Mali

Mali: Ibrahima Diawara aux côtés de la jeunesse de Ségou...

Le président du Parti Mouvement Maliens Tout Court, Mouvement pour la solidarité et le développement (MTC-MSD), Ibrah...
Mali Berabich Tombouctou Taoudeni

Mali: Le Conseil Supérieur des Chefs BERABICH et Alliés engagés pour la stabilité sociale...

Poser le bon diagnostic et trouver des solutions porteuses à  la trilogie la paix, sécurité et développement, t...
Mali Indonésie

Mali-Indonésie: L’ambassadeur Wahyudin a présenté sa lettre de créances au Président de la tr...

L’axe Bamako- Jakarta nouvellement baptisée  » Nusantara » se bonifie. L’ambassadeur de l’Indonésie ...
Mali coton Diazon Ibrahima Diawara

Mali : le rendement record de 3 tonnes de coton à l’hectare de la société Diazon...

Alors que la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) doit annoncer la quantité de sa récolte cot...