Politique : Ce que l’histoire retiendra de la prorogation du mandat des députés

La loi organique sur la prorogation du mandat des députés à l’Assemblée Nationale a été adoptée. Avec 137 voix pour, 5 abstentions et 0 voix contre, de par leur choix des élus vont rester dans les annales. Au-delà des raisons invoquées pour justifier la   prorogation de  leur mandat, les locataires de l’Hémicycle dévoilent un pan de leurs réelles motivations.

La prorogation du mandant des députés a été votée par 106 élus de la majorité et 31 députés de l’opposition. Il y a eu 5 abstentions : Soumaïla Cissé et Mody N’Diaye de l’URD, l’Honorable Dembélé de Sadi et son Président Oumar Mariko et Ahmadou Dicko, qui a quitté le RPM. Ce qu’on retient, c’est qu’il y a eu  0 voix contre, comme si majorité et opposition pouvaient trouver un terrain d’entente. Une entente au nom de la cohésion, à en croire les discours, car selon certains de nos élus cette décision vise à maintenir un climat de paix et de cohésion sociale. Ils conviennent tous que le pays est dans l’impasse et qu’il fallait prolonger le mandat des élus, l’État étant dans l’incapacité d’organiser des élections crédibles.

Violation constitutionnelle

Il faut donc mieux se préparer pour de nouvelles élections et proroger la législature pour l’applicabilité de l’Accord de paix et de réconciliation. Pourtant, on s’en rappelle du ton virulent de la Convergence pour le développement du Mali (CODEM), qui était montée au créneau pour dénoncer la proposition de proroger le mandat des députés de six mois. Elle avait été rejointe par le parti Yelema de Moussa Mara. Ils étaient nombreux ceux qui criaient à une violation constitutionnelle, un hold-up démocratique. Les Maliens se souviennent des tiraillements entre partisans du prolongement du mandat des députés et ceux qui y étaient farouchement opposés. En conclusion, le spectacle qui s’offre au Malien lambda est un jeu de ping-pong  entre  la classe politique, majorité et opposition, une gymnastique entre elles au nom du peuple et pour le peuple. Sauf que leurs réelles motivations restent obscures pour le grand peuple, habitué à ravaler l’amertume  d’avoir été dupé, utilisé et manipulé.

À l’unanimité

La classe politique malienne est en pleine déperdition de sa crédibilité. Quelle inconstance pour ceux qui se réclament de l’opposition!  S’opposaient-ils juste pour des raisons mercantiles ? Était-ce juste un calcul d’intérêt partisan ? Le peuple a besoin d’explications. Quelle différence y a-t-il entre majorité et opposition? La prorogation du mandat des députés a été adoptée à l’unanimité. Cette décision serait-elle due au fait que nos élus veulent conserver leurs bourses ou est ce véritablement au nom de la cohésion sociale ? Essayez donc de vous retrouver sur les questions cruciales du moment si vous voulez que vos électeurs vous renouvellent leur confiance.

Par Khadydiatou SANAGO

Lire aussi

Mali-France : président Bah N’Daw reçoit Joël Meyer ambassadeur français...

Le Chef de l’État, président de la transition Bah N’Daw a reçu ce 29 septembre 2020, Joël Meyer, Ambassa...

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...