Quand le RPM se débarrasse de ses élus dérangeants

Un sympathisant du RPM lors de la campagne presidentielle de 2013. @DR

C’est le 24 décembre dernier que la section de la Commune VI du Rassemblement Pour le Mali (RPM) a fait savoir à l’opinion publique à travers une décision signée de la main de son Secrétaire Général, Dr Moussa Guindo, la suspension de l’Honorable Bafotigui Diallo pour 18 mois. Il pourrait, selon cette même décision, être exclu purement et simplement des rangs du parti dans la Commune VI.

La fin de l’année 2016 n’a pas été porteuse de chance pour l’Honorable Bafotigui Diallo. C’est à la veille de Noël même que la décision de sa suspension de la section de la Commune VI lui a été remise. Désormais, et ce jusqu’à 18 mois, il est suspendu de tous les organes et de toutes les instances du RPM en Commune VI du District de Bamako. D’ailleurs, le Bureau politique national du parti a été sollicité pour se prononcer sur une probable exclusion définitive de l’élu.

A l’origine de cette suspension, la section VI accuse l’Honorable Bafotigui Diallo d’avoir refusé de répondre à plusieurs convocations de la commission de discipline. Et, plus grave, il aurait commis un certain Diakité pour soutirer de l’argent à de nombreux groupements de femmes du RPM de Sénou, Yirimadio, Sokorodji, Faladiè et Niamakoro pour un projet qui n’aurait jamais vu le jour. Ce n’est pas tout. Il aurait, en loup solitaire ; donc, sans concertation avec sa section de base, pris des temps d’antennes sur certaines radios libres pour diffamer certains camarades en mission gouvernementale et parlementaire.

En fin, lors des communales dernières, il s’est affiché contre le RPM son parti en soutenant la liste des « indépendants APC ». Et comme crime de lèse majesté, il aurait félicité l’URD, le principal parti de l’opposition, pour sa victoire avant même la proclamation officielle des résultats provisoires. Du côté de l’Honorable Bafotigui Diallo, que LE COMBAT a joint au téléphone, il n’en est rien. Il affirme n’avoir pas été saisi par rapport à la question.

C’est, selon lui, par voix de presse qu’il l’a appris cette décision. Du moment où ni lui physiquement ni sa Sous-section n’ont été saisis conformément aux textes, il ne peut se prononcer sur la question. Il dit attendre de prendre connaissance avec le contenu de ladite décision avant de réagir. Affaire à suivre !

Le Combat

 

Lire aussi

Adama Barrow a l'ouverture du festival Soninké

Ouverture du festival international Soninké à Banjul...

La sixième édition du festival international Soninké (Fiso) a débuté ce 20 février à Banjul, la capitale de la Ga...

Tchad : Une fille violée et assassinée à Hebbena...

Une fille d’environ 20 ans a été violée et assassinée dans la nuit de jeudi 20 au vendredi 21 février 2020 à Cha...

Mali : Un assaillant appréhendé après l’attaque d’ogossagou...

Un assaillant, qui aurait participé à l’attaque récente du village d’Ogossagou qui a fait 31 morts, a été appr...

Mali : face à la recrudescence des attaques au centre, les communautés exigent le redéploiement d...

Contrairement à la promesse faite par le Premier ministre Boubou Cissé d’un déploiement progressif des FAMa, les co...