REFONDATION DU MALI : Les regrets de l’imam !

Le jeudi 04 février 2021, l’Imam Mahmoud Dicko a publié un document intitulé « Manifeste pour la refondation du Mali ». Dans cette publication, l’imam fait son mea-culpa et exprime ses regrets suite aux évènements qui ont conduit à la chute du régime du Président Ibrahim Boubacar Keïta.

L’imam Dicko a joué un rôle important dans les évènements qui ont conduit au coup d’état du 18 Août 2020. L’Imam a été aussi l’un des parrains de la candidature d’IBK à la présidentielle de 2013.  Il était l’Autorité morale du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), dont la lutte héroïque a été achevée par un putsch militaire. Mais depuis ce coup de force, l’imam aurait accordé sa bénédiction aux nouvelles autorités, notamment les militaires du Conseil national pour le salut du peuple (CNSP). Il a ignoré les appels du M5-RFP sur la conduite à tenir pour la suite des évènements et afin d’éviter que le Mali ne plonge dans l’abîme. Les responsables du M5-RFP ont fini par se débarrasser d’une Autorité morale trop occupée à leur porter assistance. En fermant les yeux sur les dérives de la junte et de la transition, l’imam s’est rendu complice des faits et gestes des autorités de la Transition.  A tort ou raison, on raconte qu’il est à la base de la nomination du Premier ministre, Moctar Ouane. Il a ses protégés dans le gouvernement et dans le Conseil National de Transition (CNT), entre autres. Est-ce tout cela les raisons de ses regrets ? Le manifeste de ne le dit pas expressément, mais tout porte à le croire.

Mahmoud Dicko se plaint aujourd’hui du schéma de la transition. Pis, il a même des regrets et fait son mea-culpa. « Je me suis souvent trompé en soutenant des hommes qui, guidés par des intérêts égoïstes et matérialistes, n’ont pas su incarner le redressement du Mali tant souhaité. J’ai cru, comme en 2013, qu’une participation forte à un projet électoral pourrait, à elle seule, porter l’espoir de résolution de nos problèmes de gouvernance politique et sociale. Je me suis trompé. Je le regrette sincèrement », a affirmé le leader religieux. Qui ne veut pas baisser les bras devant ses échecs. « Je veux porter ici la voix d’un nouvel élan d’émancipation, d’une urgence à agir, à penser haut et vrai, devant l’histoire pour de nouveaux horizons, avec l’espoir que le génie malien entendra l’écho de cette voix et élèvera à mes côtés, en pèlerin, notre destinée. C’est un acte d’espoir et de paix. », a affirmé l’imam Dicko. Qui se dédouane de tout agenda caché, mais précise que son seul intérêt, c’est le Mali. « Je suis sans agenda caché, ni ambition personnelle ou intérêt partisan, mais je suis inquiet de ce feu qui embrase nos villes et nos campagnes, et qui pourrait, à terme, détruire « le Vivre ensemble » dans cette maison commune qu’est le Mali… ».

Pour lui, la situation est périlleuse. « Et j’ai conscience que convaincre nos concitoyens demeure aujourd’hui une exigence forte dans un Mali gangrené par la faiblesse de l’éducation, l’absence de perspective pour notre jeunesse, l’incivisme, la corruption endémique, les actes obscurantistes et les vendeurs d’illusions. Le tout sur fond de mal gouvernance… », a indiqué l’imam de Badalabougou, qui avise et appelle à une réaction collective.

« Depuis le 18 Août 2020, j’ai laissé ma porte grande ouverte. J’ai inlassablement écouté et observé, mais la situation me paraît trop grave pour que je garde le silence. Si nous ne réagissons pas maintenant, activement et collectivement, l’État qui nous gouverne n’a plus de sens… », a martelé l’imam Dicko, qui demande aux forces vives de la Nation d’agir sans attendre pour « sauver le pays ». Et pour cela, il s’est engagé à apporter sa contribution.

Fakoro Traoré

Source: Le Repère

Lire aussi

ZONE DES TROIS FRONTIERES : Un chef terroriste arrêté et un autre neutralisé...

Dadi Ould Chouaïb dit Abou Dardar, un des cadres de l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), a été arrêté d...

RETOUR DE GBAGBO EN COTE D’IVOIRE : Récit d’un moment de retrouvailles avec ses partisans...

RFI a été témoin des retrouvailles entre Laurent Gbagbo et ses partisans dans un ancien quartier général de campagn...

FRONT SOCIAL : Le premier ministre échange avec L’UNTM...

Pour l’apaisement du climat social, Dr Choguel Kokalla Maïga a rencontré, hier à la Bourse du travail, le bureau ex...

Des cadres de l’EIGS capturés dans le nord du Mali...

Au Mali, des combats ont opposé mardi 15 juin des soldats nigériens et français, qui menaient une opération conjoint...