Sahel : Florence Parly confirme la neutralisation d’un haut cadre d’Al-Qaïda par la force Barkhane au Mali

La ministre des Armées Florence Parly a annoncé hier vendredi 12 novembre 2020, la « neutralisation » au Mali par sa force Barkhane d’un cadre opérationnel jihadiste de tout premier plan lié à Al-Qaïda.

Selon un communiqué rendu publique le vendredi, la ministre française des Armées Florence Parly annonce que, « Le 10 novembre en fin de journée, dans la région de Ménaka au Mali, les forces armées françaises ont neutralisé Bah ag Moussa, chef militaire du Rassemblement pour la victoire de l’Islam et des musulmans (RVIM), groupe affilié à Al-Qaïda, et l’un des principaux adjoints de son chef Iyad Ag Ghali ».

La ministre des Armées Florence Parly a salué dans le communiqué une opération mardi engageant « d’importants moyens de renseignement ainsi qu’un dispositif d’interception composé d’hélicoptères et de troupes au sol » conduisant à une frappe contre Ba Ag Moussa, décrit comme le « chef militaire » du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et un « cadre historique de la mouvance jihadiste au Sahel » Ba Ag Moussa « est considéré comme responsable de plusieurs attaques contre les forces maliennes et internationales. Il était considéré comme l’un des principaux chefs militaires jihadistes au Mali, notamment chargé de la formation des nouvelles recrues », selon le communiqué.

Elle félicite les militaires français et ceux qui y ont contribué en matière de renseignement dans cette opération qui constitue un succès majeur dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Florence Parly avoue qu’ils sont forts et fiers de l’engagement, du courage et de l’abnégation des armées partenaires et sahéliennes dans cette lutte antiterroriste.

« Après avoir concentré notre action militaire sur la zone dite des trois frontières et avoir ainsi considérablement diminué les capacités d’action de l’Etat islamique au Grand Sahara, groupe affilié à Daech, plusieurs actions d’envergure ont été récemment conduites contre les mouvances répondant à Al-Qaïda. Après la frappe du 30 octobre et celle du 6 novembre, cette neutralisation d’un des principaux cadres de cette organisation lui porte un nouveau coup dur » a-t-elle laissé entendre.

Selon Florence Parly « Indistinctement, qu’il s’agisse de Daech ou Al-Qaïda, la France frappe ceux qui, au nom de leur idéologie mortifère, s’en prennent aux populations civiles et souhaitent déstabiliser les Etats de la région.

Selon le think-tank Counter-Extremism Project (CEP), « Bamoussa » était devenu en 2017 « le dirigeant opérationnel » du GSIM dirigé par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly. Le groupe est devenu depuis l’une des principales forces jihadistes au Sahel avec son ennemi intime, l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS). Tous deux, par ailleurs en lutte armée l’un contre l’autre, sont depuis des mois les cibles prioritaires de Barkhane (plus de 5.000 soldats) et de ses alliés régionaux.

Selon la ministre des Armées Florence Parly, « cette dynamique est d’autant plus perceptible que nos partenaires internationaux, notamment européens, sont de plus en plus nombreux à lutter avec nous contre les groupes terroristes au Sahel. La neutralisation d’un haut responsable d’Al-Qaïda vient renforcer notre détermination collective et le sens de notre engagement ».

Cette dernière frappe confirme à tout le moins que l’option militaire demeure privilégiée par la France, qui avait annoncé ces derniers jours des opérations distinctes contre le GSIM et l’EIGS, en revendiquant la neutralisation d’une  soixantaine de jihadistes.

Selon les propos recueillis par AFP, « Il est clair que ce coup contre le (GSIM) est une façon de marquer l’opposition de la France à ces éventuelles négociations », estime un analyste malien bon connaisseur du dossier, qui requiert l’anonymat. « Cela retardera d’éventuels pourparlers, parce que leurs responsables (jihadistes) ne se mettront plus facilement à découvert ».

Lire aussi

Mali : Mahamat Saleh Annadif évoque les évolutions positives dans la mise en œuvre de l’Acc...

Une évolution positive dans le processus  de paix, selon le chef Mahamat Saleh Annadif de mission onusienne au Mal...

Président Emmanuel Macron, « La France a une part d’Afrique en elle. Nos destins sont liés...

Restitution du patrimoine africain, fin du franc CFA, lutte contre le terrorisme, relations entre la France et l’A...

Présidentielle au Burkina : L’insécurité, préoccupation commune des candidats...

Aucun candidat n’a battu campagne dans les zones en proie au terrorisme au Burkina Faso. La plupart promettent de mene...

Mali : attaques terroristes sur le pont de Parou « 116 morts, 28 véhicules incendiés et 6 autres ...

Au centre du Mali, le bilan des attaques terroristes au niveau du pont de Parou sur la route de Koro dans la région de ...