SECURITE : Gao dans l’attente du DDR des groupes armés du Nord

Alors que la ville de Gao servira de lieu de lancement du processus de Désarmement, Démobili­sation et Réintégration (DDR) des groupes armés du Nord, le 6 novembre prochain, les avis de la population sont plutôt partagés, entre satisfaction et méfiance. Reportage.

Ce 6 octobre à Gao, les repré­sentants des mouvements si­gnataires de l’Accord de paix et le gouvernement malien vont lancer le processus du Désar­mement, Démobilisation et Réintégration (DDR) accéléré. Les membres combattants du Mécanisme Opérationnel de coordination (MOC) seront in­sérés dans l’armée malienne et se transformeront en des unités qui ont pour tâche la sécurisa­tion de la ville, mais aussi des camps de cantonnement pour la poursuite du DDR.

Dans le quartier Château, Sou­leymane Moussa enseignant au Centre de formation profes­sionnel d’assistance en artisa­nat. Chemise bleu et pantalon vert, assis dans son bureau, le quadragénaire range ses docu­ments avant d’aller donner son cours. Selon lui, le DDR à Gao est synonyme de paix. « Moi, je pense que le lancement du DDR va apporter la sécurité, la tran­quillité, la paix et même de l’em­ploi à des jeunes désoeuvrés. La population est traumatisée par les bruits nocturnes à chaque coin de rue ici à Gao » dit-il. Gao a connu plusieurs pics de tensions communautaires, sur fond d’insécurité grandissante aussi bien à l’intérieur qu’à l’ex­térieur de la ville. Les marques de ces tensions sont encore dans la mémoire de Issouf Mai­ga, employé dans une ONG in­ternationale qui appuie l’édu­cation dans la région de Gao. Pour lui, le lancement du DDR, même s’il ne concerne pour le moment que les combattants du MOC, est déjà une bonne chose. « Aujourd’hui, les ONG ont du mal à travailler sur le terrain, à cause des braquages et les en­lèvements de véhicules. Le DDR va apporter des solutions pour le retour de la paix et la sécuri­té pour les ONG. D’autre part, il va permettre la relance du développement local et les ONG vont pouvoir aller vers les com­munautés qui sont dans le be­soin, sans oublier que c’est une opportunité pour diminuer le chômage des jeunes », ajoute Souleymane Moussa. Avant de conclure : « depuis long­temps on réclame le DDR pour les combattants des groupes armés. Cela va permettre au MOC de jouer son rôle, celui de sécuriser les camps de canton­nement ».

Mais cette confiance n’est pas partagée par tous les habitants de Gao. C’est le cas du Président du syndicat des chauffeurs de Gao, qui sont terriblement tou­chés par l’insécurité sur les axes routiers. Ainsi, la semaine dernière, deux chauffeurs ont été braqués et leurs voitures emportées par les bandits, nous confie Aliou Sagayar. « Ça ne servira à rien tant que l’État ne prendra pas réellement ses responsabilités. Les gens vont continuer leurs opérations de braquage et à tuer des inno­cents, surtout nous, les chauf­feurs. Depuis le début de la crise, c’est nous qu’on tue tous les jours ».

Le DDR est un pilier important de l’Accord de paix et son dé­marrage devrait faire diminuer l’insécurité « résiduelle » dans les villes et sur les axes rou­tiers.

Par Ibrahim Mahamane Maiga, à Gao

Lire aussi

Nigeria : un cas de coronavirus recensé, le premier en Afrique subsaharienne...

Un cas de contamination au nouveau coronavirus, un ressortissant italien, a été confirmé jeudi 27 février à Lagos, ...

Mali : après l’incident diplomatique provoqué par les déclarations de l’Ambassadeur sur Barkh...

Suite à ces propos dénonçant le comportement des soldats français de l’opération Barkhane, l’ambassadeur du Mal...

Mali : Moussa Mara parle du dialogue avec les djihadistes sur Rfi «le jihadisme par définition est...

Le président du parti Yéléma, Moussa Mara, était l’invité de Rfi ce jeudi 27 février 2020. Occasion pour l’ex-...
Ambassadeur Diallo Paris Bamako

L’ambassadeur du Mali convoqué au ministère français des Affaires étrangères après ses p...

L’ambassadeur du Mali en France a été convoqué jeudi au ministère français des Affaires étrangères après a...