Mali : au Nord, les routes sont coupées et les maisons détruites par les pluies de ce week-end

Si à Kayes et à Kati les routes sont coupées par des manifestants, dans le nord, c’est la pluie qui a coupé les routes laissant des voyageurs coupés du reste du monde. Des villages entiers sont inondés et des maisons détruites.

Des pluies diluviennes tombés ce week-end tout le Mali, mais dans le nord, la situation est complexe. Si pour le moment il n’y a pas de pertes en vies humaines, des dizaines des voyageurs sont en ce moment coincés à cause des inondations et se trouvent dans des zones où il n’y a pas une couverture téléphonique. « Nous n’avons pas des nouvelles de nos proches depuis quand ils avaient quitté la Mauritanie pour rejoindre notre village de Gargando, dans la région de Tombouctou, au nord du Mali », annonce un chef de village Touareg contacté par Nord sud journal.

Selon nos informations, tous les véhicules de transport qui ont quitté le camp de réfugiés de M’berra en Mauritanie pour la zone de Gargando ne sont toujours pas arrivés à destination alors qu’ils devraient arrivés depuis hier après-midi. Dans le centre du Mali, certains voyageurs sont bloqués depuis le 23 août dernier à Nampala. « La route est impraticable, et à cause des routes coupées menant à la région de Tombouctou depuis le centre, nous avons décidé de prendre la route de la Mauritanie pour ensuite rentrer dans la région de Tombouctou », explique une source Nord sud journal.

Ces pluies diluviennes ont fait d’importants dégâts matériels dont l’effondrement de plusieurs maisons de civils, et des pertes en bétails dans certaines villes comme Diré, Goundam. La montée des eaux notamment à Ménaka-ville risque de faire encore plus de dégâts et plus de sinistrés. Dans un communiqué, le MSA (Mouvement pour le Salut de l’Azawad) informe l’opinion publique nationale et internationale que suite à plusieurs pluies enregistrées ce mois d’août, des inondations sont survenues dans certains villages de Ménaka et Gao parmi lesquels : Ménaka-ville, Aghazraghane, Inchinanane, Aladi,Tingarouf, Intakoraït,  Anderamboukane, Ikadewane, Tinfadimata, Indelimane etc…

Pour l’heure, la population n’a bénéficié d’aucune assistance de la part du gouvernement, même si aucune perte en vies humaines n’est enregistrée, il y a des risques d’épidémie.

Le voyage est un calvaire dans le nord du Mali et surtout en cette saison de pluie et quant au gouvernement, le premier ministre Boubou Cissé préfère aller à Kayes où les populations l’attendent de pied ferme.

Lire aussi

Mali-France : président Bah N’Daw reçoit Joël Meyer ambassadeur français...

Le Chef de l’État, président de la transition Bah N’Daw a reçu ce 29 septembre 2020, Joël Meyer, Ambassa...

Éviter le chao en République de Guinée, Organisations de la Société Civile appelle sur la situa...

Ce mardi 29 septembre 2020, des Organisations de la Société Civile et Mouvements Citoyens de la sous région Ouest-Afr...

Mali : Moussa Traoré, Modibo Keïta et l’État de droit, Tiébilé Dramé dresse l’état des li...

L’ancien ministre malien des Affaires étrangères, emprisonné plusieurs fois comme leader estudiantin et syndicalist...

Les craintes du Collectif pour la transition en Guinée...

Au cours d’un colloque à Paris ce lundi, le Collectif pour la transition en Guinée a réitéré son opposition à un...