Tchad : le titre de maréchal attribué à Idriss Déby le jour des 60 ans de l’indépendance

Le Tchad fête les 60 ans de son indépendance ce 11 aout 2020. L’occasion de  revivre sur les premiers moments de la nouvelle vie de l’ancienne colonie française, mais également les enjeux et perspectives de ce pays dirigé depuis 30 ans par le désormais maréchal Idriss Déby.

En ce jour des 60 ans de l’indépendance du Tchad, le chef de l’Etat Idriss Déby Itno sera élevé au rang de maréchal, ultime niveau de la hiérarchie militaire, au cours d’une cérémonie spéciale à l’Assemblée nationale. Ce titre honorifique avait été attribué au chef de l’Etat tchadien en juin dernier par des députés de l’Assemblée nationale. Ce qui n’a pas tardé à créer la polémique.

Pour l’opposant Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau, il est inacceptable de tenir cette cérémonie le même jour que la commémoration des 60 ans de l’indépendance du pays.

« C’est un crime national que de faire coïncider cet évènement avec l’anniversaire de notre indépendance. Le mode de fonctionnement que nous connaissons va faire en sorte que chaque année, on va plutôt privilégier le maréchalat et donc on va reléguer le 11 août 1960 aux calendes grecques. C’est irresponsable et personne ne peut l’accepter. »

Le chef de l’Etat tchadien a été élevé au rang de maréchal par les députés de la majorité et ceux d’une partie de l’opposition. Maitre Jean-Bernard Padaré, porte-parole du MPS (Mouvement patriotique du salut), le parti au pouvoir estime qu’il est tout à fait normal que le président soit honoré le jour de la fête de l’indépendance.

« Les députés, élus du peuple, jettent un regard rétrospectif sur ce qui a été accompli en 60 ans et ils ont identifié un des enfants du pays qui a consacré le plus clair de son temps à défendre l’intégrité du Tchad, la sécurité de nos concitoyens, donc ils ont décidé de l’élever à la dignité de maréchal le jour des 60 ans de notre pays. C’est symbolique, pour lui dire : “nous sommes fiers de votre engagement pour assurer l’intégrité de notre territoire et la défense de nos concitoyens”. »

En raison de la crise du Covid, les autorités tchadiennes ont décidé de ne pas organiser le traditionnel défilé populaire, mais seulement une prise d’arme symbolique.

Avec Rfi

Lire aussi

Plusieurs détenues violées à la prison de Lubumbashi en RDC, les MSF examinent les victimes...

En République démocratique du Congo, l’organisation Médecins sans frontières (MSF) organise à partir de ce 3 ...

Mali : La jeunesse de Gao en proie facile pour les terroristes...

La transition changera-t-elle quelque chose pour Gao ? Frustrée, la jeunesse de Gao s’exprime. Dans le nord ...

Mali : arrêt des activités illicites d’un faux militaire et 2 de ses complices...

Le vrai faux militaire aux arrêts. Peu de temps avant cette opération à succès des hommes du 3è Arrondissement, ceu...

Mali : Tensions croissantes du climat social, le parti YELEMA interpelle…...

Après avoir exprimé, à travers un communiqué en date du 1er décembre, ses inquiétudes sur les vives tensions socia...