Tensions au Centre du Mali : Dan Nan Ambassagou menace de rebondir

Les tensions entre communautés du Centre du Mali ont décidément la vie plus dure qu’on ne l’imagine. En dépit de la lueur d’espoirs et les encourageants indices consécutifs à la visite du nouveau Premier ministre, les manœuvres de déstabilisation et de clivages intercommunautaires ne manquent point d’adeptes. Lesquels menacent d’annihiler de précieux acquis qu’éleveurs et agriculteurs commencent à savourer depuis la reprise sans heurts de leurs activités. En tout cas, la journée de ce mardi 3 Septembre pourrait être très décisive avec l’annonce d’une Grande Marche de protestation à Koro, un des bastions de Dan Nan Ambassagou.

Pendant que les observateurs sont de moins en moins perplexes sur la promesses d’un retour à la stabilité, leur optimisme est ainsi démenti par des tendances qui donnent de la voix, au détour d’une persistance des attaques djihadistes. C’est ce qu’il ressort, en tout cas, d’un appel largement diffusé sur les réseaux invitant les populations de Koro à prendre massivement part à ladite marche populaire. À coups notamment de dénonciations qui n’épargnent pas le Gouvernement que les initiateurs de la manifestation accusent de remise en cause de la paix, sans doute parce que le désarmement des chasseurs de Dan Nan Ambassagou est assimilé à un sevrage des populations d’un précieux instrument défensif contre les assauts sporadiques. Toutes choses perçues comme une injustice à l’égard d’une communauté Dogon, abreuvée de motifs de protestation contre le désarmement des chasseurs traditionnels. Tout en dénonçant par ailleurs l’immobilisme de l’armée malienne face aux “pillages des villages et assassinats de civils”, les initiateurs de la marche de demain mardi ne versent pas moins dans le repli identitaire, à en juger par la stigmatisation de certains cadres peuls présentés comme des “chefs djihadistes”. Il s’agit singulièrement de l’actuel conseiller spécial du Premier ministre, Babali BA, qui s’est pourtant illustrée comme un acteur central de la fumée au Centre.
Seulement voilà : la pyromanie ne semble guère ratisser dans les rangs des communautés Dogons tout aussi éprouvés que les Peuls par les conséquences des clivages et très peu réceptives à se laisser entraîner dans une autre aventure. Au demeurant, une tentative de mobilisation pour la cause de Dan Nan Ambassagou, la semaine dernière, n’a drainé que trop faiblement pour être effective, «à cause de la perte progressive d’influence des chasseurs traditionnels sur les populations», a confié un cadre Dogon interrogé sur le sujet. Et d’expliquer, par la même occasion, que les réticences à embarquer définitivement dans le bateau de la paix se justifient par l’attachement de marginaux aux filons créés par le conflit.

Le Témoin

Lire aussi

Mali, violations droits humain, fama,gatia,

Mali : à Douentza, « les corps sans vie des peuls sont abandonnés comme ceux des vaches en saiso...

La scène est irréaliste. À trois kilomètres du poste de l’armée malienne, à l’entrée de la ville de Douentza ...
Banamba djihadiste attaque

Burkina : ce que l’on sait de l’information sur la mort de Djafar Dicko, le chef de Ansaroul isl...

Le chef de Ansaroul Islam, la branche Burkinabè de JNIM, Djafar Dicko serait mort dans un raid le 1er octobre dernier a...

Lutte anti-corruption au Mali : les dossiers de l’avion du président IBK et les équipements mili...

Amadou Baïba Kouma, Sidi Mohamed Kagnassi, Mme Boiré Fily Sissoko ancienne ministre des Finances … et Moustapha Ben ...

Accord d’Alger-opérations militaires : IBK face à ses paroles !...

L’homme avait habitué les Maliens à pointer du doigt les autres, accusant ses prédécesseurs de tous les péchés d...