Tombouctou : L’installation des autorités intérimaires suspendue

Un check-pointe de l’armée malienne à Tombouctou occupée par le MAA. Tombouctou 5 mars 2017. @DR

Prévu pour aujourd’hui 6 mars à Tombouctou, l’installation des présidents des conseils régionaux  de Tombouctou et Taoudénit a été annulée à la dernière minute par les organisateurs. Les délégations étaient déjà à l’aéroport de Bamako ce matin pour rejoindre Tombouctou quand la décision est tombée. La situation est très vive à Tombouctou ou des groupes appartenant à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et de la Plate-forme ont attaqué deux check-point de l’armée malienne à l’entrée nord de la ville de Tombouctou. Lors de cette attaque de ces check-point un officier du MAA est grièvement blessé et est mort de ses blessures. Une habitante de Tombouctou a également reçu une balle perdue. Elle est blessée mais sa vie n’est pas en danger. Les combattants de ces groupes contestent la nomination des présidents des autorités transitoires de ces deux régions.  Selon une source bien informée, ces deux groupes sont pilotés par Dina Ould Daya, un commerçant originaire de Ber et Taher Ould Alhadj, ancien maire de la commune de Salam, tous cherchent à devenir président intérimaire du conseil régional de Taoudénit. Hier soir, les combattants de MAA-CMA et MAA-Plate-forme ont fait plusieurs tirs de sommation.

Ville paralysée

Ce matin également des tirs ont été entendus à Tombouctou en direction des check-point contrôlés désormais par les combattants de MAA. « Ils sont toujours aux check-point et ne compte pas le quitter jusqu’à ce qu’on trouve une solution à leurs doléances », explique une source sécuritaire malienne à Tombouctou.

Aujourd’hui, la ville de Tombouctou est complètement paralysée par cette tension. Les écoles n’ont pas ouvert leurs portes et les marchés de la ville sont toujours fermés depuis hier soir.

Pour trouver la solution à cette situation, des négociations sont en cours entre le gouvernement malien, les groupes armés du nord et les médiateurs, mais l’attaques d’une position de l’armée malienne est une violation de l’accord de paix dont les conséquences peuvent être graves pour leurs auteurs.

Nord Sud Journal

Lire aussi

Ambassadeur Diallo Paris Bamako

L’ambassadeur du Mali convoqué au ministère français des Affaires étrangères après ses p...

L’ambassadeur du Mali en France a été convoqué jeudi au ministère français des Affaires étrangères après a...

L’Union Africaine va déployer 3 000 soldats au Sahel...

La nouvelle est tombée ce 27 février. L’Union Africaine s’apprête à venir militairement en aide au Mali et aux a...

Paris juge « inacceptable » la mise en cause de soldats français par l’ambassadeur du Mali...

Une image « fausse, inacceptable et indécente » : le cabinet de la ministre des Armées a qualifié ainsi les déclar...

Dix personnes civils tués à la frontière Mali – Niger...

Dix civils ont trouvé la mort entre les 23 et 24 février à la frontière entre le Mali et le Niger, une zone réguli...