Transition au Mali : Mopti et Tombouctou veulent un militaire, Gao opte pour un civil

La journée du samedi 05 septembre a servi, à Bamako, à la validation des termes de référence des prochaines Journées de concertations nationales. A Mopti, Gao et Tombouctou, la journée a permis aux acteurs régionaux de faire des propositions préliminaires pour la gestion de la transition au Mali.

La salle de conférence du Conseil Régional de Tombouctou a abrité les travaux des concertations régionales sur la transition au Mali. Trois groupes de travail se sont penchés chacun sur le Projet de feuille de route de la transition, Projet d’architecture des organes de la transition, Projet de charte de la transition. A l’issue des travaux, les participants ont opté pour une transition dirigée par un militaire.

A Mopti, le rapport des concertations régionales semble sortir tout droit du seul laboratoire du Gouverneur de la région. Le document contrairement aux autres rapports reste muet sur les personnes ayant pris part aux activités de la journée. Seule référence: le cabinet du Gouverneur de la région de Mopti.  Selon Mopti, le Comité National de Salut du Peuple, avec son Président actuel doit diriger la transition. Il doit être assisté d’un vice-président civil.

Le CNSP, préconise Mopti, devra être composé d’une cinquantaine d’autres membres: militaires, membres du M5 RFP, partis politiques, société civile, mouvements armés et diaspora. Cette composante devient l’organe législatif, d’orientation et de contrôle de l’exécutif durant la transition. A Tombouctou, on estime que l’organe législatif doit être composé de 50% de militaires et de 50% de civils tout comme le gouvernement à former, en plus du Premier ministre qui doit aussi être civil.

Gao fait la différence 

A Gao, bien que la cérémonie d’ouverture des concertations ait été lancée par le Gouverneur de la Région de Gao, le Général de Brigade Sidiki Samaké, les activités ont été dirigées par la société civile notamment par Ibrahim Harouna Touré, Observatoire des Droits Humains et de la Paix (ODHP). A l’issue de la journée de concertation, Gao opte pour une «personnalité civile qui a la connaissance parfaite du pays» pour gérer la transition. Le Premier Ministre peut être civil ou militaire et le gouvernement composé de civils et de militaires.

Pour la durée de la transition, Gao propose 18 mois maximum. Mopti et Tombouctou estiment qu’on peut aller jusqu’à 24 mois. A Mopti, l’atelier demande la prise en compte des résolutions et recommandations de la Conférence d’entente nationale et du Dialogue national inclusif. Pour les concertations nationales prévues les 10, 11 et 12 Septembre, Gao prévoit d’envoyer une délégation de 10 personnes à Bamako dont 05 membres du M5- RFP.

 Maliweb

Lire aussi

Mali : les raisons du maintien des sanctions de la CEDEAO malgré le choix d’un premier ministre c...

Le Mali est loin  de rétablir  les échanges commerciaux et diplomatiques avec ses voisins &nb...

Mauritanie : l’ex-président Abdel Aziz interdit de quitter Nouakchott...

Le procureur de la République de Nouakchott-Ouest a interdit vendredi soir à Mohamed Ould Abdel Aziz de quitter l...

Guinée : les autorités interdisent la marche du 29 septembre, le FNDC appelle à une désobéissan...

Les autorités guinéennes ont interdit la marche du FNDC prévue ce mardi 29 septembre contre la candidature d’Alpha ...

Présidentielle au Burkina : Zida investi candidat, son retour « différé »...

Annoncé en grandes pompes par son parti, le retour de Yacouba Isaac Zida n’est finalement pas à l’ordre du jour. L...