XV de France: Yoann Huget revient dans le jeu

Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel a procédé à deux changements pour affronter l’Argentine samedi 17 novembre, avec les titularisations de Gaël Fickou et de Yoann Huget. Ce dernier n’avait plus porté le maillot tricolore depuis novembre 2017.

Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel a injecté ce jeudi 15 novembre un tout petit peu de sang frais pour affronter l’Argentine à Lille samedi 17 novembre, avec les titularisations au centre de Gaël Fickou et sur l’aile gauche de Yoann Huget.

31 ans et 51 sélections

« J’espère jouer, je me tiens prêt si on fait appel à moi », avait déclaré il y a quelques jours Yoann Huget, absent de la feuille de match face à l’Afrique du Sud. Mais c’est bien Huget, 31 ans et 51 sélections, qui débutera au stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d’Ascq, plutôt que Benjamin Fall, qui a le défaut de ne pas être un pur ailier. Yoann Huget n’avait plus porté le maillot du XV de France depuis la tournée de novembre 2017, après une défaite 17-18 face à l’Afrique du Sud. Il n’avait pas été retenu pour le dernier match face au Japon.

« Huget a été très performant sur ce début de saison, il n’avait pas été sélectionné initialement, car il était blessé. Mais il a eu une récupération beaucoup plus rapide que prévu, ce qui lui a permis de réintégrer la liste », explique aujourd’hui Jacques Brunel.

Si l’équipe de France manque de certitudes, Yoann Huget ne veut pas tomber dans une forme de sinistrose. « Quand je vois Teddy [Thomas] ou Mathieu (Bastareaud), je me dis qu’on a une belle équipe. Il faut juste un peu plus de maîtrise, améliorer les détails, pour que ça bascule enfin en notre faveur. Mais il faut croire en nos moyens », avançait-il avant le début de la tournée d’automne dans les colonnes du Figaro.

« On n’a pas peur de perdre, ni peur de gagner »

Le week-end dernier, le XV de France était à quelques secondes d’une victoire qui aurait fait du bien au moral. Après avoir tenu tête à l’Afrique du Sud durant 79 minutes, les Français ont craqué en encaissant un essai de Bongi Mbonambi dans les dernières secondes (26-29).

« On est des compétiteurs : on n’a pas peur de perdre, ni peur de gagner, avance le Toulousain qui avait connu sa première cape en 2010. Le seul remède qu’on peut trouver c’est le travail. On est tombé sur une équipe qui joue ensemble quasiment toute l’année. Nous, ça fait quinze jours qu’on s’était retrouvés. Franchement la prestation qu’on a réalisée est de qualité. Il ne faut pas occulter les quatre dernières minutes, mais il faut justement travailler sur ce qu’on a fait pendant 79 minutes. Parce qu’on a fait quelque chose de grand ».

Lire aussi

Ibrahima Diawara remise trophée Segou Mali

Mali: Ibrahima Diawara aux côtés de la jeunesse de Ségou...

Le président du Parti Mouvement Maliens Tout Court, Mouvement pour la solidarité et le développement (MTC-MSD), Ibrah...
Mali Berabich Tombouctou Taoudeni

Mali: Le Conseil Supérieur des Chefs BERABICH et Alliés engagés pour la stabilité sociale...

Poser le bon diagnostic et trouver des solutions porteuses à  la trilogie la paix, sécurité et développement, t...
Mali Indonésie

Mali-Indonésie: L’ambassadeur Wahyudin a présenté sa lettre de créances au Président de la tr...

L’axe Bamako- Jakarta nouvellement baptisée  » Nusantara » se bonifie. L’ambassadeur de l’Indonésie ...
Mali coton Diazon Ibrahima Diawara

Mali : le rendement record de 3 tonnes de coton à l’hectare de la société Diazon...

Alors que la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) doit annoncer la quantité de sa récolte cot...